mercredi 10 octobre 2018

Prendre un enfant par la main


 Si je devais avoir un regret lié à mon homosexualité, ce serait certainement de n'avoir pas eu d'enfant. Instinct paternel, quand tu nous tiens !


 J'y ai pensé au début de l'âge adulte, jusqu'à envisager d'avoir des rapports hétérosexuels et me marier pour y arriver. Mais, c'était contre ma nature et, avec la meilleure volonté du monde, il m'était impossible de m'engager dans cette voie sans amour ni désir.


 Si j'étais né deux décennies plus tard, j'aurais pu profiter de la loi votée juste avant mes trente ans pour me marier avec l'homme que j'aimais et tenter d'adopter avec lui un enfant. Arrivé dans la cinquantaine, on réfléchit deux fois plutôt qu'une avant d'imposer à un enfant un père qui a l'âge d'être grand-père.



Prendre un enfant par la main
Pour l'emmener vers demain,
Pour lui donner la confiance en son pas,
Prendre un enfant pour un roi.
Prendre un enfant dans ses bras
Et pour la première fois,
Sécher ses larmes en étouffant de joie,
Prendre un enfant dans ses bras.

Prendre un enfant par le cœur
Pour soulager ses malheurs,
Tout doucement, sans parler, sans pudeur,
Prendre un enfant sur son cœur.
Prendre un enfant dans ses bras
Mais pour la première fois,
Verser des larmes en étouffant sa joie,
Prendre un enfant contre soi.

Prendre un enfant par la main
Et lui chanter des refrains
Pour qu'il s'endorme à la tombée du jour,
Prendre un enfant par l'amour.
Prendre un enfant comme il vient
Et consoler ses chagrins,
Vivre sa vie des années, puis soudain,
Prendre un enfant par la main
En regardant tout au bout du chemin,
Prendre un enfant pour le sien.

 Quand je pense qu'il y a des parents qui négligent leurs enfants, les maltraitent, les abandonnent, j'en suis scandalisé. De même, je ne peux pas comprendre que des parents puissent chasser leurs enfants de chez eux quand ils apprennent qu'ils sont homos.


A bientôt pour d'autres propos !

17 commentaires:

  1. Hello Jean,
    Que de tendresse tant par la musique que par la vidéo et les photos.
    Alors merci pour ce message d'espoir pour bien des hommes en quête de l'enfant.
    Bonne fin de semaine, ici au bord du Léman, c'est gris mais les couleurs remplissent le cœur.
    Gros bisous depuis le Pays de Vaud
    Philippe

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Philippe.
      C'est sans doute mon côté homo-romantique plus que sexuel qui m'amène à mettre autant de tendresse dans mes billets ;o)
      Désolé d'être si peu présent pour le moment sur les blogs, mais mes nombreuses activités de retraité ne me laissent que très peu de temps libre.
      J'espère que tout va bien pour toi au bord du Léman et te fais de gros bisous depuis les forêts de l'Ardenne.

      Supprimer
  2. Les images et les vidéos inspirent bien sûr de la tendresse. Mais je pense différemment: une des raisons pour laquelle je suis heureux d'être homosexuel est de ne pas pouvoir avoir d'enfants, même si je le voulais. Je n'ai aucune sens paternelle, alors je suis vraiment heureuse sans enfants.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je peux comprendre que tout le monde n'ait pas à se sentir la fibre paternelle. Dès lors, je ne peux que saluer ton désir de ne pas être père. Il vaut en effet mieux ne pas avoir d'enfants que d'en faire pour ensuite les délaisser.
      Bisous amicaux.

      Supprimer
    2. as-tu vraiment un instinct paternel?

      Supprimer
  3. J'aime beaucoup les enfants, avoir des enfants pourquoi pas, quand je trouverais le grand amour, et oui avec quelqu'un pour les élever c'est mieux ....

    RépondreSupprimer
  4. Des enfants, j'en ai quatre.
    Deux fils de 22 et 18 ans avec mon ex femme, un fils de 13 ans conçu avec une amie lesbienne par relation naturelle et une fille de 9 ans adoptée (à l'âge de 3 ans) avec mon compagnon (et futur mari, notre mariage est programmé pour juin 2019).
    Ce n'est que du bonheur !

    J'ai 47 ans et mon compagnon 38. Malgré la quarantaine passée au moment de l'adoption de ma fille, j'ai pensé que je pouvais être père à nouveau. De plus, mon compagnon souhaitait lui aussi être père.
    Ce que je craignais le plus, en fait, était la réaction de mes garçons sur l'adoption d'un quatrième enfant. Et tout c'est très bien passé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Vincent, pour ton message et bravo pour cette belle famille.

      Supprimer
  5. J'en ai trois. Deux jumelles de 12 ans et un petit mec de 10 ans.
    Je les ai fait tout seul, en quelque sorte, puisque tous nés par gestation par autrui au Canada où j'ai de la famille et où j'ai été en poste pendant quelques années. Je suis définitivement de retour en France avec les enfants depuis 6 ans.

    J'ai toujours souhaité avoir des enfants et je n'ai jamais considéré mon homosexualité comme un obstacle à cet objectif.
    Mes parents rêvaient tellement d'être grands-parents que je ne pouvais décemment pas leur faire faux bonds. Je les ai convaincus que leur fils unique homo pouvait aussi avoir des enfants.

    Je ne suis pas en couple. Je ne l'ai jamais été et je ne l'ai surtout jamais souhaité. Je préfère être père célibataire et avoir des partenaires multiples, réguliers ou non, qu'être en couple. Je ne veux pas que mes enfants aiment un autre parent que moi.
    La vie de couple, ce sera peut être pour plus tard quand mes enfants seront tous arrivés à l'âge adulte. Je ne serai pas encore trop âgé puisque je n'ai que 37 ans actuellement.

    Mes enfants sont tout pour moi. Je dois tout de même préciser que j'ai été dépassé par les événements à la naissance des jumelles. Je n'avais que 25 ans et deux enfants à la fois s'est révélé compliqué. J'ai heureusement reçu de l'aide.

    Comme Vincent le dit, ce n'est que du bonheur.

    Emmanuel Z.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'imagine, Emmanuel, que ça n'a pas dû être de tout repos d'élever ces trois enfants tout seul. Je suppose toutefois que tu pouvais quand même compter sur les membres de ta famille au Canada pour t'aider et veiller sur eux lorsque tu étais au boulot.

      Supprimer
    2. Bonsoir

      J'ai reçu de l'aide de la famille et d'une nounou que j'employais. Heureusement, à la naissance de mon fils, je commençais à être bien rôder. C'est pourquoi je n'ai pas attendu plusieurs années avant d'avoir un troisième enfant.
      Ce n'est que les tout premiers mois que j'ai été un peu dépassé. Je n'aurais eu qu'une fille à la fois au lieu de deux, cela aurait été plus facile.
      Mais comme tout bon père, on finit par trouver le déclic et la bonne organisation à tout problèmes.
      Après, la vie glisse toute seule.

      Emmanuel Z

      Supprimer
  6. Je n'aime pas les enfants, je n'aime pas les femmes et je suis très heureux d'être gay. Je ne comprends pas bien cette envie de paternité qu'ont les homos. C'est franchement ridicule.

    Théo (36 ans)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ton point de vue mais n'oublies pas que chacun reste libre de faire ce qu'il veut et il n'y a rien de ridicule à cela.
      Au contraire, ce qui est ridicule, c'est de nier les envies des autres.

      Personnellement, je suis gay. Je l'ai longtemps refoulé au point d'épouser une femme. Excepté le fait qu'elle m'ait donné un fils, ce mariage était voué à l'échec.
      J'ai donc divorcé après quelques années et j'ai fait mon coming out.

      Il se trouve que mon fils est lui même gay. Il a souhaité avoir un enfant. C'est un garçon.
      Et je ne trouve pas cela ridicule.

      Supprimer
    2. C'est ton droit, Théo, de ne pas aimer les femmes (elles ne m'attirent pas non plus) ni les enfants, mais je ne vois pas ce qui te permet de juger ridicules les homos qui ont envie d'être pères.

      Je suis pleinement d'accord avec ta réponse, Henri, et me réjouis pour toi que ton fils gay te permette ainsi d'être grand-père.

      Supprimer
    3. Raphael Bonnemain10 novembre 2018 à 15:01

      Je suis bien d'accord avec vous, messieurs Henri et Jean.

      Je ne souhaite pas avoir d'enfants mais il ne me viendrait pas à l'idée de nier ce droit aux gays qui en exprimeraient le désir.

      Je vous trouve bien irrespectueux envers vos semblables homosexuels monsieur Théo.
      Ne vous rendez-vous pas compte qu'en affirmant de tels opinions, vous faites le jeu de tout nos détracteurs ?
      Nous sommes suffisamment attaqués de toutes part sans que nous ayons besoin que cela vienne d'une personnes de nos rangs.

      Votre droit, tout comme le mien, de ne pas avoir l'envie de paternité n'est pas contestable, mais de grâce, épargnez-nous votre mépris pour vos semblables aux opinions divergentes.

      Supprimer
    4. Je trouve que c'est toi qui fait preuve de mépris avec mes opinions.

      Théo

      Supprimer