vendredi 4 mai 2018

Si tous les gars du monde ...


 Je suis toujours effaré de voir avec quelle hargne certains brandissent les grands principes d'une pseudo-morale pour juger, condamner, écraser ceux qui ne sont ou vivent pas comme eux. La plupart de ces censeurs sont certainement de bonne foi, convaincus d'agir dans l'intérêt du bien commun au nom d'une vérité qu'ils croient absolue. Loin de moi l'envie de vilipender ces personnes que je pense victimes d'une éducation trop bornée qui les rend incapables de penser par elles-mêmes pour remettre en question leurs certitudes. Il leur suffirait cependant pour s'ouvrir l'esprit de se demander à quoi peut servir une morale qui a du sens. 


 Nous ne sommes pas des individus solitaires capables de vivre en totale autonomie. Nous entrons dès notre conception en interaction avec d'autres dont nous dépendons et qui dépendent aussi de nous. C'est, je pense, la nécessité - ou la contrainte - d"avoir à vivre ensemble qui peut nous guider dans toute réflexion sur la morale. Ainsi, des règles morales ont du sens quand elles permettent à chacun de s'épanouir en harmonie avec la société dans laquelle il vit, sans porter préjudice de quelque façon que ce soit aux autres. Il s'agit alors de veiller à la fois au bien commun et au bien individuel.


 Dès lors qu'une règle ne protège en rien l'intérêt collectif mais lèse un groupe ou un individu en particulier, elle n'a aucune raison d'être et elle doit être combattue. En ce qu'elle porte préjudice sans raison à une ou plusieurs personnes, elle est à mes yeux immorale.


 J'ai conscience de m'éloigner ici de la pseudo-morale à laquelle nous sommes conditionnés à nous soumettre et qui nous est imposée au nom de lointaines et inaccessibles divinités, d'obscures idéologies ou d'un stupide "c'est ainsi et pas autrement parce que ça a toujours été ainsi" ; une pseudo-morale bien commode pour les manipulateurs qui en tirent les ficelles afin d'imposer leur pouvoir sur les populations qu'ils contrôlent ; une pseudo-morale que l'on pensait en voie de disparition et qui revient en force nourrie par les replis identitaires et nationalistes orchestrés par les mêmes manipulateurs avides de puissance, de pouvoir, de richesse ; bref, une morale perverse qui ne sert que les intérêts de quelques uns au détriment de tous les autres qui, pour la plupart, s'y soumettent comme des moutons de Panurge sans se poser de question.


 Loin de cette pseudo-morale, celle à laquelle je veux croire se veut solidaire, respectueuse les uns des autres, chacun avec ses particularités et ses différences.




Si tous les gars du monde 
Décidaient d'être copains 
Et partageaient un beau matin 
Leurs espoirs et leurs chagrins, 
Si tous les gars du monde 
Devenaient de bons copains   
Et marchaient la main dans la main, 
Le bonheur serait pour demain. 

Ne parlez pas de différence 
Ne dites pas qu'il est trop blond 
Ou qu'il est noir comme du charbon 
Ni même qu'il n'est pas né en France 
Aimez les n'importe comment 
Même si leur gueule doit vous surprendre 
L'amour c'est comme au régiment 
Il n'faut pas chercher à comprendre 

Si tous les gars du monde 
Décidaient d'être copains 
Et partageaient un beau matin 
Leurs espoirs et leurs chagrins, 
Si tous les gars du monde 
Devenaient de bons copains 
Et marchaient la main dans la main, 
Le bonheur serait pour demain. 

J'ai mes ennuis et vous les vôtres 
Mais moi je compte sur les gars 
Les copains qu'on ne connaît pas 
Peuvent nous consoler des autres 
Tous les espoirs nous sont permis 
Le bonheur c'est une habitude 
Avec deux cent millions d'amis 
On ne craint pas la solitude 

Si tous les gars du monde 
Décidaient d'être copains 
Et partageaient un beau matin 
Leurs espoirs et leurs chagrins, 
Si tous les gars du monde 
Devenaient de bons copains 
Et marchaient la main dans la main, 
Le bonheur serait pour demain. 

Si tous les gars du monde 
Devenaient des copains.




Bon weekend et à bientôt !

4 commentaires:

  1. Philippe Poget4 mai 2018 à 13:54

    Hello Jean,
    J'aime ton texte, pas moralisant pour un sou. J'aime aussi toutes les photos et la vidéo, la mélodie des Compagnons de la Chanson avec Fred Mella ne me rajeunit pas, enfin c'est la jeunesse du cœur qui prime. Bonne fin de semaine et plein de gros bisous depuis les bords du Léman
    Philippe

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello, Philippe !
      Je ne fais jamais que livrer ici ma vision de la morale. Libre à chacun d'en faire ce qu'il veut. Ceux qui ne partage pas du tout mon opinion ou ceux qu'elle dérange, la trouveront peut-être moralisante :o)
      C'est sûr que les Compagnons de la Chanson ne nous rajeunissent pas. Mais, comme tu le dis, c'est la jeunesse du cœur qui compte. Il me semble d'ailleurs que Fred Mella chante encore de temps en temps, malgré son âge presqu'aussi avancé que celui d'Aznavour ;o)
      Bonne semaine et bisous amicaux depuis les forêts ardennaises.

      Supprimer
  2. Je partage ta pensée! et moi j'aime bien les images!
    bonne dimanche!

    RépondreSupprimer