mercredi 25 avril 2018

Quand les hommes vivront d'amour ...


 Après avoir évoqué dans le billet précédent la recherche du bonheur que je place au sommet de mon échelle des valeurs, je vais aborder aujourd'hui l'amour qui lui est inhérent et indispensable. Peut-on en effet approcher le bonheur si on n'est pas aimé et le bonheur que l'on ressent ne nous pousse-t-il pas à aimer en retour ?


 Tout comme le Bonheur, l'Amour est un idéal, une valeur à laquelle on n’accédera jamais totalement, dans toute son infinie plénitude. Ainsi, je pense qu'on ne peut que chercher à l'atteindre et qu'on peut s'en approcher, en décrocher quelques parcelles et se réjouir à chaque fois qu'on en obtient un peu plus.


 J'évoque ici l'amour qui débouche à la fois sur notre épanouissement personnel et sur celui des autres, l'amour qui nous ouvre au monde et non celui qui nous renferme sur nous-mêmes. Il ne s'agit pas de l'amour possessif ne visant qu'à satisfaire nos pulsions ou désirs immédiat, comme celui que l'on peut avoir pour le chocolat ou le bon vin.


  On a malheureusement tendance à confondre bien souvent amour avec besoin et, sous prétexte d'aimer le partenaire, à lui couper les ailes, l'enfermer dans une cage dorée, l'étouffer... C'est là, je pense, tout le contraire de l'amour. Qu'il me soit permis ici d'emprunter ces quelques considérations sur l'amour à Paul de Tarse - eh oui, même si j'ai pu prendre mes distances avec l'éducation que j'ai reçue et si je la remets perpétuellement en question, il m'en reste quelque chose ; on ne jette pas le bébé avec l'eau du bain :
" L’amour prend patience ; l’amour rend service ; l’amour ne jalouse pas ; il ne se vante pas, ne se gonfle pas d’orgueil ; il ne fait rien d’inconvenant ; il ne cherche pas son intérêt ; il ne s’emporte pas ; il n’entretient pas de rancune ; il ne se réjouit pas de ce qui est injuste, mais il trouve sa joie dans ce qui est vrai ; il supporte tout, il fait confiance en tout, il espère tout, il endure tout. "


Quand les hommes vivront d'amour,
Il n'y aura plus de misère
Et commenceront les beaux jours
Mais nous nous serons morts, mon frère

Quand les hommes vivront d'amour,
Ce sera la paix sur la terre
Les soldats seront troubadours,
Mais nous nous serons morts, mon frère

Dans la grande chaîne de la vie,
Où il fallait que nous passions,
Où il fallait que nous soyons,
Nous aurons eu la mauvaise partie

Quand les hommes vivront d'amour,
Il n'y aura plus de misère
Et commenceront les beaux jours,
Mais nous nous serons morts, mon frère

Mais quand les hommes vivront d'amour,
Qu'il n'y aura plus de misère
Peut-être songeront-ils un jour
À nous qui serons morts, mon frère

Nous qui aurons aux mauvais jours,
Dans la haine et puis dans la guerre
Cherché la paix, cherché l'amour,
Qu'ils connaîtront alors mon frère

Dans la grande chaîne de la vie,
Pour qu'il y ait un meilleur temps
Il faut toujours quelques perdants,
De la sagesse ici-bas c'est le prix

Quand les hommes vivront d'amour,
Il n'y aura plus de misère
Et commenceront les beaux jours,
Mais nous serons morts, mon frère.

A bientôt et que l'amour que vous recevez et donnez en retour vous fasse rayonner de bonheur !

4 commentaires:

  1. Réponses
    1. Tendre et câlin tout comme tu l'as aussi merveilleusement fait sur ton blog pour commencer cette semaine.
      Bisous !

      Supprimer
  2. Tu ne pouvais pas mieux choisir comme fond musical que cette chanson. Elle me bouleverse chaque fois que je l'entends, de plus les images sont superbes et tout le post de ce jour, j'ai envie de te faire plein de bisous pour te dire merci de me faire rêver autant.
    Belle suite de semaine et gros, gros bisous des bords du Léman
    Philippe

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le choix de cette chanson m'est apparu comme une évidence, Philippe. Je la trouve particulièrement bien inspirée et partage complètement le message qu'elle véhicule. Quant à rêver, je pense que c'est bien de pouvoir le faire. On n'imagine pas tout ce qu'on doit à des gens qu'on prenait pour de doux rêveurs ;o)
      Bonne deuxième partie de semaine au bord du beau Léman et bisous depuis les forêts de l'Ardenne qui a repris ses températures d'avril après nous avoir donné un avant goût de celles de juillet.

      Supprimer