jeudi 5 avril 2018

L'espoir fait vivre... Alléluia !


 Des golden sixties qui nous donnaient à penser que la croissance serait illimité à la chute du mur de Berlin mettant fin à la guerre froide, la seconde moitié du vingtième siècle était porteuse de grands espoirs. Les attaques terroristes, les changements climatiques, les crises socio-économiques et financières à répétition, la résurgence des intégrismes religieux et le retour des nationalismes nous font déchanter en ce début de vingt-et-unième siècle. Est-ce parce que je deviens vieux qu'il m'arrive de penser que "c'était mieux avant" ou n'y a-t-il réellement aucune raison d'exulter de joie ?


 Loin de tout défaitisme, je ne suis pas homme à laisser tomber les bras. Quand plus rien ne semble aller, il nous reste l'espoir. Non pas un espoir béat qui nous ferait attendre passivement que les problèmes disparaissent comme par enchantement, mais un espoir actif dans lequel nous pouvons puiser l'énergie nécessaire pour construire un avenir meilleur.


 Le printemps n'est pas l'été, il n'en est que la promesse. C'est le temps de la germination et des timides apparitions du soleil entre deux giboulées. " Ce sont les nuages noirs qui donnent l’eau limpide et fécondante ", dit un proverbe arabe. Alors, oui, nous pouvons exprimer notre joie comme nous y sommes invités en cette semaine de Pâques.


 Cette joie que je garde en moi, cet optimisme face aux vicissitudes de la vie, ne me vient pas de l'attente d'un hypothétique sauveur, mais de la confiance que j'ai en moi-même et en mes semblables de pouvoir influer sur les événements pour en tirer ce qu'ils peuvent nous offrir de meilleur. Et, quand je me sens gagné par le découragement, je chante pour évacuer les idées noires et me redonner du tonus.




Alléluia, rêve encore
Alléluia, imagine encore
La colombe va se poser
Et pour toujours sur l’olivier
Où les champs de batailles seront des champs de blé

Alléluia, des millions
D’alléluias pour une chanson
Alléluia, donne un peu de toi, toi
Alors ce beau jour viendra, alléluia

Alléluia, pour demain
Alléluia, la main dans la main
Une ronde va faire le tour
Le tour du monde en un seul jour
Quand nos voix s’uniront dans un seul mot d’amour

Alléluia, cherche encore
Alléluia, le bonheur d’abord
Alléluia, alors n’oublies pas, toi
Chanter, c’est prier deux fois, alléluia

Alléluia, des millions
D’alléluias pour une chanson
Alléluia, donne une peu de toi, toi
Alors ce beau jour viendra, alléluia

Alléluia, souris-moi
Alléluia, et chante avec moi
Alléluia, et chante avec moi, toi
Chanter, c’est prier deux fois, alléluia

Alléluia, et chante avec moi, toi
Chanter, c’est prier deux fois, alléluia


Je vous laisse avec encore quelques photos de tendres câlins et à bientôt pour un billet avec le court-métrage que j'ai utilisé pour la réalisation du clip musical.




4 commentaires:

  1. tendres images!

    Je suis de retour avec mon dernier post:
    http://menforxersex.blogspot.it/2018/04/holes-soles.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureux de te voir de retour, Xersex. J'espère que tu as passé une bonne semaine de congé. Bon weekend.

      Supprimer
  2. Philippe Poget5 avril 2018 à 22:58

    Hello Jean,
    eh oui tendres images, mais dieu que cela fait du bien de se retrouver dans les bras de son amoureux. C'est ce qui m'est arrivé ce soir, je suis encore sur mon ti nuage et je plane dans le bonheur, bonheur partagé avec celui que j'aime.
    Bonne fin de semaine et gros bisous tendres et très câlins
    Philippe ô bord du Léman

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut, Philippe !
      Il faut croire que ce jeudi était un jour favorable puisque j'ai moi aussi passé de très tendres moments dans les bras d'un jeune homme extrêmement câlin.
      Bon weekend et bisous amicaux.

      Supprimer