mercredi 25 avril 2018

Quand les hommes vivront d'amour ...


 Après avoir évoqué dans le billet précédent la recherche du bonheur que je place au sommet de mon échelle des valeurs, je vais aborder aujourd'hui l'amour qui lui est inhérent et indispensable. Peut-on en effet approcher le bonheur si on n'est pas aimé et le bonheur que l'on ressent ne nous pousse-t-il pas à aimer en retour ?


mardi 17 avril 2018

Le marchand de bonheur


 On en rêve, on se l’imagine, on s’en fait des idées, on en parle, ... le bonheur occupe une place plus ou moins importante dans la vie. Nous sommes, pour la plupart et à des degrés divers à sa recherche. Certains parviennent à le trouver alors qu'il semble inaccessible à d'autres. Le bonheur est une notion subjective qui varie en fonction des aspirations et sensibilités de chacun.


mercredi 11 avril 2018

Triple standard - un homo peut-il être homophobe ?


 Un homo peut-il être homophobe ? Non seulement je le pense mais je crois aussi que nous sommes nombreux à avoir présenté les symptômes de l'homophobie lorsque nous avons découvert que nous étions davantage attirés par les personnes du même sexe que par celles du sexe opposé. Il faut souvent du temps et beaucoup de travail sur soi-même pour s'accepter tel qu'on est, et ensuite s'assumer librement et en toute transparence. Certains n'y arrivent jamais et restent enfermés dans leur placard en portant comme un fardeau le lourd secret de ce qu'ils considèrent comme une tare. Leur homophobie n'est pas tournée contre les autres mais contre eux-mêmes. D'autres préfèrent donner le change en menant une vie parallèle, en tenant des propos hostiles aux homosexuels et en se montrant plus agressifs à leur encontre que les hétéros les plus sectaires.


jeudi 5 avril 2018

L'espoir fait vivre... Alléluia !


 Des golden sixties qui nous donnaient à penser que la croissance serait illimité à la chute du mur de Berlin mettant fin à la guerre froide, la seconde moitié du vingtième siècle était porteuse de grands espoirs. Les attaques terroristes, les changements climatiques, les crises socio-économiques et financières à répétition, la résurgence des intégrismes religieux et le retour des nationalismes nous font déchanter en ce début de vingt-et-unième siècle. Est-ce parce que je deviens vieux qu'il m'arrive de penser que "c'était mieux avant" ou n'y a-t-il réellement aucune raison d'exulter de joie ?