mardi 27 mars 2018

Je ne suis pas un sex toy !


 Les hétéros qui regardent les homos avec compassion, mépris ou haine viscérale peuvent-ils imaginer le nombre de "fidèles" maris et "respectables" pères de familles fréquentent les lieux de drague à la recherche de furtifs plans sexuels avec d'autres hommes ? Aux heures de pointe, ils sont largement majoritaires sur les parkings d'autoroute à la sortie des grandes villes. On peut aisément les reconnaître en ce qu'ils vont droit au but sans s'embarrasser d'inutiles préliminaires. Peu importe la proie pourvu qu'ils puissent assouvir leurs instincts virils. Je ne me sens aucune affinité avec ces hommes ; ma nature homoromantique est incompatible avec ces plans dans lesquels le partenaire n'est guère pris en considération. Je ne suis pas un jouet sexuel, un objet que l'on jette après usage.


 Tous les "hétéros" ayant des relations homosexuelles ne sont bien sûr pas comme ceux que je viens de décrire. Il y a parmi eux de véritables homosexuels qui, pour de multiples raisons, se sont égarés de bonne foi dans des unions bien souvent compliquées avec des femmes. Ils se distinguent des précédents par l'humanité qui s'en dégage et leur besoin de rapports intimes vrais avec d'autres hommes.


 Ne soyons pas hétérophobes ! L'absence de sentiment n'est pas l'apanage des hétérosexuels. Les homos à la recherche d'aventures sexuelles sans aucun égard pour les partenaires occasionnels ne sont pas rares. Il ne s'agit somme toute que d'un jeu dans lequel l'instinct de chasseur et de prédateur - sans doute inscrit au plus profond de chacun d'entre nous - refait surface. Cette justification est sans aucun doute un peu courte, par trop réductrice eu égard la complexité de l'être humain. Je reviendrai donc sur cette question dans de prochains billets.


 Loin de moi l'envie de juger et condamner ce comportement qui ne laisse aucune place aux sentiments. La sexualité ne se réduit heureusement pas à une seule fonction. Comme le couteau suisse, elle a plusieurs usages dont aucun n'est a priori mauvais. A chacun de s'en servir comme bon lui semble selon ses besoins du moment. Mais, ne perdons pas de vue que le partenaire quel qu'il soit est avant tout une personne humaine et non un simple objet de consommation qu'on prend, qu'on utilise et puis qu'on jette après usage, comme un vulgaire préservatif.



Tu peux me faire danser
Bouger, tourner autour de toi

Tu peux me faire chanter
Murmurer, crier n'importe quoi

Tu peux me faire sentir
S'il faut partir
(Où)
Où le soleil sera

Tu peux me faire sourire
Éclater de rire,
Rêver dans tes bras

Mais joue pas, pas avec moi
Car l'amour ça plaisante pas
Joue pas, joue pas comme ça
Tu sais tu sais jamais
Jusqu'où ça ira, de jouer avec moi

Tu peux me dessiner, me sculpter
En pâte à modeler

Tu peux me colorier, me tatouer
Aux couleurs de l'été

Mais joue pas, pas avec moi
Car l'amour ça plaisante pas
Joue pas, joue pas comme ça
Tu sais tu sais jamais
Jusqu'où ça ira.

Mais joue pas, pas avec moi
Car l'amour ça plaisante pas
Joue pas, joue pas comme ça
Tu sais tu sais jamais
Jusqu'où ça ira, de jouer avec moi

Tu sais tu sais jamais
Tu sais tu sais jamais
Jamais jusqu'où ça ira
De jouer avec moi

Tu sais tu sais jamais
Tu sais tu sais jamais
Jamais jusqu'où ça ira

On pourrait se fiancer, se marier
J'dis pas n'importe quoi

On pourrait faire un bébé
P'tit bébé
Mélange de toi et moi

Mais joue pas, pas avec moi
Car l'amour ça plaisante pas
Joue pas, joue pas comme ça
Tu sais tu sais jamais
Jusqu'où ça ira, de jouer avec moi

Mais joue pas, pas avec moi
Car l'amour ça plaisante pas
Joue pas, joue pas comme ça
Tu sais tu sais jamais
Jusqu'où ça ira, de jouer avec moi

Tu sais tu sais jamais
Tu sais tu sais jamais
Jamais jusqu'où ça ira
De jouer avec moi ...






6 commentaires:

  1. J'aime beaucoup ce que tu dis et la chanson aussi.
    Plein de gros bisous 8

    RépondreSupprimer
  2. Philippe Poget27 mars 2018 à 13:17

    Cher Jean,
    Quel est ton secret pour que chacun de tes écrits sonnent si justes...? En tous les cas, je suis baba devant tes textes et j'y adhère complètement. Dans ce monde de fous, s'il n'y a plus de place pour les sentiments et l'amour, où vas-t'on ? Ceci est encore plus flagrant quand on fait partie d'une minorité encore rejetée dans bien des parties de ce monde...
    Comme à ton habitude,tu as le chic pour choisir et les photos et la vidéo avec sa bande son magnifique, alors merci, merci
    Bonne suite de semaine et gros bisous depuis les bords du Léman, Léman qui reprend ses mauvaises couleurs de l'hiver.
    Philippe

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, Philippe.
      Je n'ai pas de secret et, s'il y en a un, je ne le connais pas moi-même. J'essaie simplement sur ce blog-ci d'être moi-même et de dire ce que je pense et ce que j'ai sur le cœur, alors que sur l'autre blog je laisse surtout libre court à mon imagination fantasque.
      J'espère qu'il y a quand même encore un peu de place pour les sentiments et l'amour dans notre société. En tout cas, je garde espoir quand je rencontre des jeunes qui attendent leur "prince charmant" ^^
      Bonne journée aux bords du Léman et bisous depuis les forêts ardennaises perdues sous la grisaille.

      Supprimer
  3. très bien dit! je rencontre beaucoup d'hétéros à mon club de sexe!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, si leur femme et leurs enfants savaient ce qu'ils font de leur dimanche après-midi et à quel "sport extrême" ils s'adonnent :o)

      Supprimer