mardi 21 novembre 2017

Un peu de cuir dans le cargo


 C'est beau, chaud, doux, sensuel, érotique, et en plus solide et ça protège bien ! Je commence la semaine en cuir, la tenue idéale pour une nuit de sexe endiablé entre mecs sur un cargo  😈


samedi 18 novembre 2017

Juste pour vous souhaiter un bon weekend !


 Mon emploi du temps de cette semaine, avec en plus un imprévu qui m'a fait perdre deux heures ce soir, ne m'a pas permis de préparer le billet que j'avais prévu pour vous souhaitez un bon weekend. Qu'à cela ne tienne, ce sera pour plus tard. En attendant, voici quelques photos et un petit clip avec une chanson qui m'avait beaucoup plu au moment où elle est sortie.


mercredi 15 novembre 2017

Fais-moi bander avant de me baiser


 "Traduire, c'est trahir", dit-on ! L'expression est sans doute exagérée, mais il faut reconnaître qu'une traduction n'est jamais fidèle à 100 % au texte original. C'est qu'un mot - et a fortiori une phrase qui est une combinaison de plusieurs mots - peut avoir plusieurs sens. Le métier de traducteur n'est donc pas simple, il requiert de grandes connaissances et compétences car il faut non seulement connaître les différents sens de chaque mot mais aussi déterminer celui qui convient le mieux dans le contexte donné tout en devinant quelles sont les intentions de celui qui les prononcent. Pour un interprète qui sert d'intermédiaire dans une conversation entre deux personnes qui ne parlent pas la même langue, le travail est encore plus compliqué puisqu'il faut faire tout cela en un temps record. Déjà qu'une même phrase peut avoir plusieurs sens selon les personnes qui la prononce et l'écoute dans sa propre langue. "Les sucettes" de Serge Gainsbourg en est un bel exemple. Dans sa candeur d'adolescente, France Gall la comprenait au premier degré, elle n'y voyait que la petite chanson innocente d'une petite fille qui aime les friandises sucrées fixer sur un petit bâtonnet. Pour le malicieux Serge Gainsbourg, les paroles avaient un tout autre sens qu'il est inutile de vous expliquer. Plus près de nous, la chanson "Coco câline" de Julien Doré a un double sens évident la coco n'étant pas la petite chérie du chanteur mais la coco cocaïne. Tout cela pour dire que n'étant absolument pas traducteur, je me suis laissé entraîner par mes fantasmes coquins pour donner comme titre à ce billet une  traduction tout à fait personnelle et plus que subjective du titre anglais d'une chanson de Wham!  Pouvez-vous deviner avant de passer à la suite de cet article quel est le titre original de cette chanson ?


dimanche 12 novembre 2017

Un Black en branle jouit deux fois pour nous


 Je sais que tout comme moi vous aimez nos amis à la peau d'ébène. Alors, ne boudons pas notre plaisir. Offrons-nous en prime de bonnes rations de jus de banane, il paraît que c'est très nourrissant, surtout lorsque les bananes sont noires.


vendredi 10 novembre 2017

La bourrée des trois célibataires : les seniors sont à la fête


 Le billet de ce jour m'a été inspiré par un ami du blog Zob à Papa qui disait hier dans un commentaire :
"Je vois sur mes lieux de drague beaucoup de mecs d'un certain âge qui viennent à l'homosexualité tardivement quand leurs épouses ne veulent plus satisfaire leurs maris. Ils se tournent alors vers les hommes parce que c'est plus facile à leurs âges de trouver des partenaires masculins que des femmes."

mercredi 8 novembre 2017

Deux gays dans une pissotière


 Je n'ai jamais été très friand de pissotières publiques et surtout pas de celles qui se trouvent à ciel ouvert, mal entretenues et malodorantes, même s'il m'est arrivé d'en fréquenter lorsque j'étais plus jeune à la recherche de queues à mater. Mon premier plan dans ce genre de toilettes remonte à très longtemps. C'était à la gare des Termini de Rome où je venais d'arriver après un long voyage. Il y avait plusieurs hommes dont un qui ne cachait rien de son anatomie et faisait coulisser le prépuce sur son magnifique gland. Après m'être soulagé, j'ai quitté les toilettes pour aller faire un tour dans les environs de la gare. Mais, j'y suis revenu un peu plus tard et cet homme était toujours là. Il n'y avait plus personne d'autre. Je me suis installé derrière un urinoir et ai sorti mon matériel sans chercher à le cacher. Nous nous sommes matés mutuellement pendant quelques instants, puis l'homme s'est approché d'une cabine dont il a ouvert la porte en m'invitant d'un signe à le rejoindre.


dimanche 5 novembre 2017

Des mecs les uns avec les autres ? C'est la vie !


 C'était dans l'air depuis quelques temps, je savais dès le départ que cela arriverait un jour et je n'ai rien fait pour l'éviter : me revoici célibataire.