vendredi 9 juin 2017

Plaisirs grecs entre mecs


 La première fois que je suis allé en Grèce, c'était en août 1971. Notre prof de grec nous y avait concocté tout un périple destiné à visiter les sites prestigieux que nous ne connaissions qu'à travers les textes des auteurs antiques. Nous étions arrivés tard le soir à l'aéroport d'Hellinikon et étions aussitôt montés dans un car pour rejoindre Delphes où nous étions arrivés à l'heure où les autochtones font la sieste à l'abri d'un soleil brûlant dont la chaleur accablante rend pénible toute activité physique. Dès que nous avons pu nous installer dans notre chambre à l'hôtel, fatigué par le long voyage, je me suis déshabillé, ne gardant qu'un petit slip sur moi, et jeté sur le lit en espérant dormir quelques heures. Mais, la chaleur était trop accablante et je n'ai pas pu trouver le sommeil.


Non, je ne vais pas vous raconter les jeux coquins auxquels nous nous sommes livrés avec un copain qui partageait ma chambre et auquel je n'avais jusqu'alors prêté que peu d'attention. Je vous dirai simplement qu'au départ il voulait voir ma bite et que je me suis montré vénal en acceptant de la lui montrer moyennant quelques drachmes. Ce qu'il a bien sûr refusé. Toutefois, comme je voulais aussi voir la sienne, ...


Pendant tout le séjour, où que nous soyons, la même chanson repassait sans cesse. Je suppose que c'était le tube de l'été en Grèce : "Milisé mou" interprété par Grigóris Bithikótsis. J'ai de nouveau entendu cette chanson l'année suivante mais dans sa version française interprétée par Nana Mouskouri.



Άνοιξα στον κήπο μου πηγάδι
να ποτίζω τα πουλιά
να 'ρχεσαι κι εσύ πρωί και βράδυ
σαν μικρή δροσοσταλιά

Ήρθες μια βραδυά με τον αγέρα
αναστέναξε η καρδιά
σου 'πα με λαχτάρα καλησπέρα
και μου είπες έχε γειά

Μίλησε μου μίλησε μου
δεν σε φίλησα ποτέ μου
Μίλησε μου μίλησε μου
πως να σε ξεχάσω πες μου;
Μίλησε μου μίλησε μου
δεν σε φίλησα ποτέ μου
Μίλησε μου μίλησε μου
μόνο στ'όνειρο μου σε φιλώ.

Φύτεψα στην πόρτα σου χορτάρι
να 'χεις ίσκιο και δροσιά
κι ήρθα πριν αλλάξει το φεγγάρι
να σου φέρω ζεστασιά

Σ' έβγαλα στου ήλιου τ' ανηφόρι
στα σοκάκια τα πλατειά
μα ήρθε παγωνιά και ξεροβόρι
και δε μ' άναψες φωτιά
Μίλησε μου μίλησε μου
δεν σε φίλησα ποτέ μου
Μίλησε μου μίλησε μου
πως να σε ξεχάσω πες μου;
Μίλησε μου μίλησε μου
δεν σε φίλησα ποτέ μου
Μίλησε μου μίλησε μου
μόνο στ'όνειρο μου σε φιλώ. 
Anixa ston kipo mou pighadhi
Na potizo ta poulya,
Na 'rchese ki esi proi ke vradhi
San mikri dhrosostalia

Irthes mia vradhia me ton ayera
Anastenaxe i kardhia
Sou 'pa me lakhtara kalispera
Ke mou ipes eche ya.

Milise mou, milise mou,
Dhe se filisa pote mou,
Milise mou, milise mou,
Pos na se xekhaso pez mou?
Milise mou, milise mou,
Dhe se filisa pote mou
Milise mou, milise mou,
Mono st'oniro mou se filo.

Fitepsa stin porta sou khortari
Na 'chis iskio ke dhrosia,
K' irtha prin alaxi to fengari
Na sou fero zestasia.

S' evghala stou iliou t' anifori
Sta sokakia ta platia
Ma irthe pagonia ke xerovori
Ke dhe m' anapses fotia.
Milise mou, milise mou,
Dhe se filisa pote mou,
Milise mou, milise mou,
Pos na se xekhaso pez mou?
Milise mou, milise mou,
Dhe se filisa pote mou
Milise mou, milise mou,
Mono st'oniro mou se filo.
J’ai ouvert le puits dans mon jardin
Pour faire boire les oiseaux
Que tu viennes aussi matin et soir
Comme une petite goutte de rosée

Tu es venu un soir avec le vent
Mon coeur a soupiré
Je t’ai dit bonsoir, plein de désir
Et tu m’as dit "salut !"

Parle-moi, parle-moi,
Je ne t’ai encore jamais embrassé
Parle-moi, parle-moi,
Comment pourrais-je t’oublier, dis-moi ?
Parle-moi, parle-moi,
Je ne t’ai encore jamais embrassé
Parle-moi, parle-moi,
Je ne t’embrasse qu’en rêve

J’ai planté de la verdure à ta porte
Que tu aies de l’ombre et de la rosée
Et je suis venu avant le changement de lune
Pour t’apporter de la chaleur.

Je t’ai emmené au soleil montant
Par les rues et les places
Mais le gel et la bise sont venus
Et tu ne m’as pas allumé de feu.
Parle-moi, parle-moi,
Je ne t’ai encore jamais embrassé
Parle-moi, parle-moi,
Comment pourrais-je t’oublier, dis-moi ?
Parle-moi, parle-moi,
Je ne t’ai encore jamais embrassé
Parle-moi, parle-moi,
Je ne t’embrasse qu’en rêve 

Version française de Nana Mouskouri :
Il ne manque pas une hirondelle
Au dessus de mon jardin
Et les moulins ont encore des ailes
Dans le pays d'où je viens 
L'olivier se penche à ma fenêtre
Mon amour, tu le sais bien
Tu connais le ciel qui m'a vu naître
Puisque c'est aussi le tien

Milisse mou, Milisse mou
Parle-moi de cette terre
Milisse mou, Milisse mou
Où le ciel prend sa lumière
Milisse mou, Milisse mou
Parle-moi des nuits entières
Milisse mou, Milisse mou
Parle-moi de la mer et de nous

Les voiliers sont les ombres fragiles
D'un rivage transparent
Le vent s'enroule à toutes les îles
Et repart comme un enfant 
Les pêcheurs nous tressent des corbeilles
Et chantent au petit matin
Des chansons de démons et merveilles
Qui font rêver les marins
Milisse mou, Milisse mou
Parle-moi de cette terre
Milisse mou, Milisse mou
Où le ciel prend sa lumière
Milisse mou, Milisse mou
Parle-moi des nuits entières
Milisse mou, Milisse mou
Parle-moi de la mer et de nous 
Milisse mou, Milisse mou
Parle-moi de cette terre
Milisse mou, Milisse mou
Où le ciel prend sa lumière
Milisse mou, Milisse mou
Parle-moi des barques blanches
Milisse mou, Milisse mou
Parle-moi de la mer et de nous 

Ah ! Vivement les vacances !!!!


Bon week-end à tous !

8 commentaires:

  1. Belami a également fait plusieurs vidéos en Grèce.
    Dans les images, j'ai reconnu Adam Killian (plusieurs fois), Alex Marte
    http://menforxersex.blogspot.it/search/label/Alex%20Marte
    et Dario Beck
    http://menforxersex.blogspot.it/search/label/Dario%20Beck

    Dans #4, Adam Killian ressemble à un mélange entre Poséidon et Priape.

    bon fin de semaine les gars!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, et ces vidéos de Belami sont magnifiques, comme celles de Lucas d'ailleurs.
      Oui, Adam Killian est un Poséidon priapique :o)
      Bonne semaine, ami Xersex.

      Supprimer
    2. là, Adam Killian ressemble à un Poséidon priapique, mais pour être honnête, il ne l'aime pas beaucoup. Ses lèvres refaites à neuf ne sont pas très agréables et on peut voir qu'elles sont fausses! il est ruiné par lui-même!

      Supprimer
    3. Sauf circonstances particulières comme par exemple un accident qui nous a défigurés, c'est toujours mieux de rester tels que la nature nous a faits.

      Supprimer
  2. Bonjour mon Cher Jean

    Superbe voyage touristique et superbe aventure pour Toi chez nos Amis Grecs

    Tu as bien eu raison d'en profiter

    Belle fin de semaine et agréable weekend

    Amicalement - Patrice

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, Patrice.
      C'était en effet un magnifique voyage qui n'avait qu'un seul défaut, la chaleur étouffante qu'il faisait en plein mois d'août, sauf quand on est allé dans les îles (le prof nous avait même amené à Mykonos).
      Passe une très agréable semaine,
      Bisous amicaux.

      Supprimer
  3. mmhh!!cela donnerait juste envie de retourner en Grèce voir ces beaux éphèbes, et surtout d'en profiter. C'est juste du rêve éveillé que tu nous donnes, Jean, mille mercis. Bon dimanche et belle semaine à venir à toi et à Damien, Bisous depuis la Riviera vaudoise baignée de soleil
    Phiippe

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, Philippe.
      Pourquoi vouloir aller en Grèce quand on vit toute l'année sur la Riviera vaudoise ? Pour les beaux éphèbes ? A Mykonos, alors !
      Passe une agréable semaine au bord de ton magnifique Léman ensoleillé.
      Bisous depuis l'Ardenne en chaleur.

      Supprimer