samedi 7 janvier 2017

La partouze des Rois


 Le cycle de Noël se termine ce weekend avec l’Épiphanie ou, si vous préférez, la fête des Rois. Celui qui trouve la fève dans sa part de galette peut faire ce qu'il veut de ses partenaires et leur imposer toutes ses volontés. Mais, savez-vous que l’Épiphanie et la tradition de la fève ont une origine bien antérieure au christianisme ?


Le terme Épiphanie nous vient du grec Ἐπιφάνεια (Epipháneia) qui signifie "manifestation" ou "apparition". Il était appliqué aux divinités grecques qui pouvaient apparaître aux hommes. C'était entre autres le cas des 12 dieux de l'Olympe : Zeus, Athéna, Hermès, Héra, Poséidon, Déméter, Héphaïstos, Aphrodite, Arès, Artémis, Hestia, Dionysos, Apollon.


La date de l'Épiphanie correspond aussi à une fête païenne de l'Antiquité romaine : les Saturnales organisées pendant sept jours au solstice d'hiver. Pendant ces fêtes, la hiérarchie sociale et la logique des choses pouvaient être chamboulées, critiquées, brocardées et parodiées. À cette occasion, par exemple, les soldats tiraient au sort, grâce à une fève cachée dans une galette, un condamné à mort qui devenait "roi" le temps des réjouissances. Une fois les Saturnales terminées, le condamné était exécuté.


De la même manière, un "roi" était tiré au sort parmi les jeunes soldats et il pouvait commander tout ce qui lui plaisait.


Un changement de rôle pouvait aussi être opéré pendant la période des Saturnales entre le maître et un esclave déterminé par tirage au sort toujours à l'aide d'une fève cachée dans une galette.


Pour la petite histoire, il faut savoir que, suite à la Révolution de 1789 mettant fin à la monarchie en France, un arrêté du 31 décembre 1791 de la Commune de Paris avait changé le jour des Rois en "jour des sans-culottes". Dès lors le gâteau des Rois n'avait plus sa raison d’être. La politique est une chose, les traditions en sont une autre et, quand les traditions sont millénaires, elles sont plus fortes que la politique. Ainsi, un décret du 4 nivôse an III (24 décembre 1794) ayant recommandé de partager la "galette de l’Égalité", elle est aussitôt revenue sur toutes les tables.


Mais, me demanderez-vous, quel rapport tout ceci a-t-il avec une partouze de Rois ?

Aucun en apparence. Néanmoins, pourquoi croyez-vous que les mages sont arrivés à la crèche avec 12 jours de retard, si ce n'est parce qu'ils n'arrêtaient pas de baiser ensemble tout au long du chemin ? C'est que les Saturnales, ce n'était pas pour les enfants de chœur !


 Attention - Rappel !

Si la vidéo n'apparaît pas sur votre écran, vérifiez l'URL dans la barre d'adresse en haut de votre navigateur et enlevez le s de https://guymauve.blogspot.... pour avoir http://guymauve.blogspot.... afin que la vidéo incrustée apparaisse.



De bon matin,
J'ai rencontré le train
De trois grands Rois qui allaient en voyage,
De bon matin,
J'ai rencontré le train
De trois grands Rois dessus le grand chemin.

Venaient d'abord les gardes du corps,
Des gens armés avec trente petits pages,
Venaient d'abord les gardes du corps
Des gens armés dessus leurs just'au corps.

Puis sur un char,
Doré de toute part,
On voit trois rois modestes comme d'anges
Puis sur un char,
Doré de toute part
Trois rois debouts parmi les étendards.

L'étoile luit
Et les Rois conduit,
Par longs chemins,
Devant une pauvre étable,
L'étoile luit
Et les Rois conduit,
Par longs chemins devant l'humble réduit.

Au fils de Dieu
Qui naquit en ce lieu
Ils viennent tous présenter leurs hommages,
Au fils de Dieu
Qui naquit en ce lieu
Ils viennent tous présenter leurs doux vœux.

De beaux présent,
Or, myrrhe et encens
Ils vont offrir au maître tant admirable
De beaux présent,
Or, myrrhe et encens
Ils vont offrir au bienheureux enfant.

De bon matin,
J'ai rencontré le train
De trois grands Rois qui allaient en voyage,
De bon matin,
J'ai rencontré le train
De trois grands Rois dessus le grand chemin. 

Les paroles de "La marche des Rois" sont attribuées à Joseph-François Domergue, curé-doyen d'Aramon dans le Gard de 1724 à 1728. C'est en tout cas son nom qui apparaît sur la copie manuscrite du chant datée de 1742 qui est conservée à la bibliothèque d'Avignon.


L'origine précise de l'air est inconnue mais semble remonter au XVIIe siècle. Suivant le document de 1742, la chanson reprend l'air d'une "Marche de Turenne", marche militaire en l'honneur des victoires du Maréchal de Turenne, que certains attribuent à Lully bien qu'aucun document de l'époque ne puisse confirmer cette hypothèse.


10 commentaires:

  1. Hello Jean, Damien,
    Qu'ils sont beaux ces rois, j'adore ces images à trois, c'est très, très sensuel,
    je sens queue cette nuit je vais en rêver, ce sera queue du plaisir puissance 3.
    Bonne fin de semaine avec pleins de bisous très coquins
    Philippe, toujours ô bord du Léman

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Philippe,
      C'est la bonne nuit pour faire une partouze avec les trois mages, même si ce n'est qu'en rêve. Pour le réel, tu as déjà ton Balthazar (le puissant et viril roi mage noir) qui, j'en suis sûr, te comble au-delà de toute espérance.
      Bon weekend et gros bisous.

      Supprimer
  2. Maintenant, je compris la raison du retard des Rois Mages! qui suivent la religion zoroastrienne! Leur religion prêche de bonnes pensées, bonnes paroles, bonnes actions! en faisant l'amour à trois, ils ont fait certainement des bonnes actions!
    Partouze à trois? si peu! Je veux une armée d'hommes pour mes amours!
    Enfin des fêtes de Noël sont terminées! Bonne année à nouvea, mais enfin le temps «ordinaire» est arrivé!!!

    RépondreSupprimer
  3. Ben oui, à plus que deux c'est une partouze. Les Mages n'étaient malheureusement que trois. Bien sûr, j'aurais pu prendre, comme dans la chanson, des gardes du corps, des gens armés avec en plus trente petits pages, mais ça n'aurait plus fait une petite partouze, ça aurait été une grosse orgie ;o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, trop grand! trop bon!

      Supprimer
    2. C'est que, avec tous les gardes du corps, les gens armés et les trente petits pages, tu en aurais du jus à avaler ;o)

      Supprimer
  4. Merci mon ami ... Il n'y a vraiment rien de mieux que de commencer l'année de cette façon ... Se partager un roi ou devenir la reine... humm !
    Devenir la putain du roi ou le roi des baiseurs !!! huuuum ! J'adore tirer le roi !!
    Merci pour cette belle Épiphanie Jean ...Bises à vous deux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, mon cher Christian, la meilleure façon de tirer le roi n'est pas de manger la galette ;o)
      Je dois t'avouer que j'aime maintenant être le roi qui se fait tirer par de jeunes roitelets pas vraiment sages comme des e-mages.
      Bisous à toi et à ton Bébé

      Supprimer
    2. ah toi aussi ? ahahaha
      je ne sais pas pourquoi moi aussi en vieillissant j'aime de plus en plus me faire mettre... tu sais de quoi çà vient ??? j'y prends un réel plaisir, plus qu'auparavant même !

      Supprimer
    3. En ce qui me concerne, je connais la raison : avec l'âge les rigidités se déplacent et je me fais moins endurant. Et puis, je pense avoir assez donné pour enfin recevoir un peu à mon tour.

      Supprimer