lundi 6 juin 2016

Sex Machine - Gay sex wrestling - lutte sexuelle entre frères


 Quand j'étais enfant, j'aimais faire de la lutte avec papa. C'était bien sûr de sa part des simulacres de combats car, si je déployais toutes mes forces pour essayer de le vaincre, il devait maîtriser les siennes pour ne pas me faire mal et me donner l'illusion que je pouvais avoir le dessus.


Ces combats se sont déroulés jusqu'à mon adolescence, un âge où j'étais plein de vigueur et où les forces étaient certainement plus équilibrées. C'était alors pour papa une façon de me calmer quand j'étais un peu trop turbulent car j'étais une véritable boule de nerfs.


Je devais avoir environ 14 ou 15 ans la dernière fois où nous avons combattu ensemble. C'était en plein été sur la pelouse du jardin. Nous étions en petit short nylon avec slip intégré. Comme chacun sait, ces slips sont bien peu solides, les élastiques se laissent vite aller et ils finissent par ne plus contenir ce qu'ils sont sensés cacher. Bref, dans les frottements des corps et l'excitation du combat, nous nous sommes tous les deux mis à bander. La tête coincée entre les jambes de mon père, j'ai nettement pu voir la bite de mon père sortie du slip, elle était en érection, le gland humide à moitié décalotté. Comme je devais sans doute déjà être un peu vicieux à cette époque, J'ai tout fait dans la suite du combat pour stimuler cette bite en la comprimant avec mes bras, mes jambes et tout ce que je pouvais. A un moment, papa m'a crié : "Stop, on fait une petite pause". Je n'ai pas obtempéré et c'est ainsi qu'est arrivé ce qui n'aurait jamais dû se produire. Papa a éjaculé en répandant son sperme sur sa cuisse et la mienne. Lequel de nous était le plus gêné ? Je n'en sais rien. Toujours est-il qu'il n'y a jamais plus eu de lutte entre nous.


C'est certainement la raison pour laquelle la lutte entre hommes m'a toujours fait fantasmer, surtout lorsque les lutteurs commencent le match habillés, s'efforcent de mettre leur adversaire à poils pour terminer le combat par une partie de sexe. Aussi, quand j'ai vu cette vidéo, je n'ai pas résisté à l'envie de la partager avec vous.

Fellas, I'm ready to get up and do my thing
I wanta get into it, man, you know...
Like a, like a sex machine, man,
Movin'... doin' it, you know
Can I count it off? (Go ahead)

One, two, three, four!

Get up, get on up
Get up, get on up
Stay on the scene, like a sex machine

Wait a minute!  
Shake your arm, then use your form
Stay on the scene like a sex machine
You got to have the feeling sure as you're born
Get it together right on, right on.

Get up, get on up...

I said the feeling you got to get
Give me the fever in a cold sweat.
The way i like it is the way it is;
I got mine and don't worry' bout his

Get on up and then shake your money maker,
Shake your money maker...
Hey les mecs, je suis prêt à me lever et à faire mon numéro !
Je veux le faire, mec, tu sais...
Comme une, comme une sex machine, mec,
Bouger... le faire, tu sais
Est-ce que je peux faire le décompte? (Vas-y)

Un, deux, trois, quatre!

Viens, viens monte
Viens, viens monte
Reste sur la scène comme une sex machine.

Attends une minute!

Bouge ton bras, puis utilise ta forme
Reste sur la scène comme une sex machine
Tu dois le sentir, avoir confiance autant que tu es sûr d'être né
Il faut que tout aille bien, très bien

Viens, viens monte...

Je dis que le sentiment que tu dois avoir
Me donne de la fièvre et des sueurs froides
Ma façon d'aimer ça, c'est comme ça et pas autrement.
C'est la mienne et ne t'en fais pas pour ça.

Viens monte et bouge-toi pour gagner ton fric
Bouge-toi pour gagner ton fric...

10 commentaires:

  1. très interessant! Ce serait bien d'aller directement au sexe, sautant l'étape de la lutte!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben non ! la lutte ce sont les préliminaires indispensables sans lesquels une partie de sexe n'a aucune saveur.

      Supprimer
    2. le sexe en lui-même est trop central dans ma vie!

      Supprimer
    3. Tu es du genre à passer au plat principal sans prendre l'apéro ni les entrées si je comprends bien :o)

      Supprimer
    4. je n'aime pas perdre mon temps!

      Supprimer
    5. Certes ! Je l'avais bien compris.

      Supprimer
  2. Je n'ai pas eu la chance d'avoir de Paie, mais j'aurais bien aimé connaitre cette expérience-là ...
    Très tôt, j'ai fantasmé à regarder les papas de mes copains ou les hommes en âge de l'être dans la rue. Ce manque a hanté toute ma vie jusqu'à ce que je rencontre Bébé et que je fasse ma vie avec lui... Depuis je ne ressens plus ce grand vide ...
    Contrairement à notre ami Xersex, moi, j'adore les préliminaires sous toutes ces formes ... L'amour est le plat principal, mais avec une entrée et un dessert, c'est encore meilleur !!! ;-)
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton histoire m'émeut beaucoup. C'est triste quand on est un enfant de ne pas avoir de père sous l'aile duquel on peut se réfugier, et je comprends que tu le cherchais à travers les papas de tes camarades et les hommes croisés dans la rue. Je suis heureux pour toi que tu aies pu trouver ton Bébé.
      Les préliminaires en entrée et les câlins après la jouissance en dessert, c'est ce que je préfère dans le repas sexuel.

      Supprimer
    2. Merci mon ami... C'est la raison pour laquelle je suis contre les accouchements sous X de mère et de père... Chaque enfant devrait pouvoir retrouver ces parents et ses origines... Pour ma part, j'ai toujours eu l'impression d'être né bancal ... Heureusement dans les bras de Bébé aujourd'hui, j'oublie ce manque...

      Supprimer
    3. Oui, les parents sont les racines à travers lesquelles nous puisons nos forces pour grandir et ce n'est pas facile quand il en manque une de s'en fabriquer soi-même. Je suis heureux que tu aies pu trouver celui qui donne sens à ta vie. Tu évoques les accouchements sous X, je pense qu'il faut aussi être prudent avec les inséminations artificielles et mères porteuses qui sont en débat actuellement. Il faut s'assurer que les enfants aient tout ce qui leur est nécessaire pour s'épanouir pleinement ; un père et une mère, deux pères ou deux mères, je n'en sais rien mais en tout cas beaucoup d'amour.

      Supprimer