vendredi 10 juin 2016

Do you really want to hurt me ? Black's dick for the white's mouth and ass.


 Mon défunt mari auquel je rends hommage actuellement était noir, originaire du Congo. Voilà sans doute pourquoi j'aime autant les Noirs, bien que je les aimais déjà avant lui, C'est d'ailleurs après m'avoir entendu faire l'éloge des Blacks qu'il a décidé de me draguer en s’immisçant quelques minutes plus tard dans la conversation que je tenais avec le copain qui m'accompagnais ce jours-là dans le bar gay où nous nous sommes rencontrés pour ne plus jamais nous quitter.


Des Noirs, j'en ai rencontrés beaucoup avant lui pour des plans rapides et trois encore après lui pour des histoires de quelques semaines pour le premier, trois ans pour le deuxième et quelques mois pour le troisième. Ainsi, je peux vous dire d'expérience qu'il n'y a aucune différence entre un Noir et un Blanc si ce n'est la couleur de la peau et bien sûr qu'aucun homme n'est identique aux autres.


Que le titre de l'article ne vous induise pas en erreur, mon défunt mari ne m'a jamais fait de mal et n'en a jamais eu l'intention. C'était au contraire la bonté incarnée.


"Do you really want to hurt me", c'est tout simplement le titre de la chanson de Culture Club qui me trotte pour le moment dans la tête :


Cliquez ici si la vidéo ne fonctionne pas !

Cliquez ici si la vidéo ne fonctionne pas !
Give me time
To realize my crime
Let me love and steal
I have danced inside your eyes
How can I be real

Do you really want to hurt me
Do you really want to make me cry
Precious kisses, words that burn me
Lovers never ask you why

In my heart the fire's burnin'
Choose my color find a star
Precious people always tell me
That's a step, a step too far

Do you really want to hurt me
Do you really want to make me cry
Do you really want to hurt me
Do you really want to make me cry

Words are few I have spoken
I could waste a thousand years
Wrapped in sorrow words are token
Come inside and catch my tears

You've been talkin' but believe me
If its true you do not know
This boy loves without a reason
I'm prepared to let you go

If it's love you want from me
Then take it away
Everything is not what you see
It's over again

Do you really want to hurt me
Do you really want to make me cry
Do you really want to hurt me
Do you really want to make me cry

Cry, cry, cry
Cry, cry, cry
Cry, cry, cry

Do you really want to hurt me
Do you really want to make me cry
Do you really want to hurt me
Do you really want to make me cry

Do you really want to hurt me
Do you really want to make me cry
Donne-moi du temps
Pour commettre mon crime
Laisse-moi aimer et voler
J'ai dansé
A l’intérieur de tes yeux
Comment puis-je être réel ?

Veux-tu vraiment me faire mal ?
Veux-tu vraiment me faire pleurer ?
Précieux baisers, les paroles qui m'ont brûlé
Les amoureux ne te demandent jamais pourquoi

Dans mon coeur le feu brûle
Choisis ma couleur, trouve une étoile
Les gens précieux me disent toujours
C'est un pas un pas trop loin

Veux-tu vraiment me faire mal ?
Veux-tu vraiment me faire pleurer ?
Veux-tu vraiment me faire mal ?
Veux-tu vraiment me faire pleurer ?

J'ai dit peu de mots
Je pourrais perdre un millier d'années
Enveloppé par le chagrin, les mots sont symboliques
Viens à l’intérieur et attrape mes larmes

Tu as parlé mais crois-moi
Si c'est vrai tu ne sais pas
Ce garçon aime sans raison
Je suis prêt à te laisser partir

Si c'est de l'amour que tu veux de moi
Alors emporte-le
Tout n'est pas ce que tu vois
C'est encore trop

Veux-tu vraiment me faire mal ?
Veux-tu vraiment me faire pleurer ?
Je ne veux vraiment pas te faire mal
Puis les amoureux m'ont toujours demandé :
Pourquoi pourquoi pourquoi pourquoi ?
Dans mon esprit ma mémoire brûle
Quelle est ta couleur favorite de ta voiture favorite ?
J'ai avancé d'un pas, le pas que j'apprenais
Ça c'est un pas au-delà d'un pas trop loin.

Veux-tu vraiment me faire mal ?
Veux-tu vraiment me faire pleurer ?
Je ne veux vraiment pas te faire mal
J'ai dit la vérité mais c'était toujours un mensonge

J'ai prononcé peu de mots
Je pourrais dormir quatre mille ans
Homme de peines à la parole incassable.
Sa sueur comme du sang coule comme des larmes

J'ai parlé mais crois-moi
Je sais que c'est vrai
Maintenant qu'il n'y en a plus je ne sais pas
Je suis amoureux et l'amour est la raison
Je ne suis pas prêt à te laisser me laisser partir de toute façon
Si c'est l'amour que tu veux alors prends tout de moi
C'est cet amour que je veux je peux finalement voir

Est-ce que je veux vraiment te faire mal ?
Est-ce que je veux vraiment te faire pleurer ?
Oui je suppose que je veux te faire mal
Tu as dit la vérité mais c'était toujours un mensonge

10 commentaires:

  1. la dernière gif est Dean Monroe dans un bukkake
    http://menforxersex.blogspot.it/search/label/Dean%20Monroe

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour l'information.
      Bon week-end !

      Supprimer
  2. mmmmmmmmmmmmmmmmmmm j'ai aimer je file cochon aujourd'hui A+ XXX Conrad...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'en doute pas, Conrad. Tu dois être un homme très cochon, et pas seulement aujourd'hui et je pense que tout ce qui est cochon doit te plaire :o)

      Supprimer
  3. vidéo super!!! G rebandé lol! musique super! dommage on a pas les paroles et traduction cette fois,, pas grave merci! Désolé pour ton mari,, il avait quel age? Et toi quel age as tu déjà? oups excuse je ne viens pas souvent.... Sam

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était par manque de temps que je n'avais pas mis les paroles. Je vais les ajouter.
      Mon mari avait 45 ans quand il est décédé. J'en ai maintenant 61.

      Supprimer
  4. Merci pour ce beau partage mon Kalinours. À lire ton histoire, je suis toujours très ému, et je n'ose pas penser, si je devais perdre mon Bébé, dans quel état, je serais...
    Hum, j'aimerais bien être à la place de celui qui branle la belle queue noire dans le dernier gif pour recevoir out son sperme et celui des autres...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La force vient au moment où on en a le plus besoin. Ce qui m'a aidé quand mon mari est décédé, c'est de penser qu'il ne m'avait pas quitté mais qu'il restait vivant en moi. Ça aide beaucoup de penser qu'on doit continuer à vivre, non pas seulement pour soi mais aussi pour faire vivre à travers soi celui qu'on a aimé et qu'on continue à aimer même s'il est physiquement absent.

      Supprimer
    2. Ton âme est belle mon ami et je suis heureux de t'avoir rencontré ici ...

      Supprimer