samedi 23 avril 2016

Nuit de baise en satin blanc jusqu'à l'overdose


 "Night in White Satin" est le septième et dernier morceau de "Day of Futur Passed", le deuxième album du groupe de rock britannique "The Moody Blues", album initiateur du courant rock symphonique. A sortie en single le 10 novembre 1967, la chanson a rencontré un succès plus important en France qu'au Royaume-Uni.

En 1972, "Nights in White Satin" a soudainement refait son apparition dans les hit-parades, en se vendant beaucoup plus que lors de sa première parution. L'une des explications de cet événement est la remise au goût du jour de la chanson par un DJ de Seattle, la durée de sept minutes et trente-huit secondes lui laissant suffisamment de temps pour sortir fumer.


Dès 1968, la chanson a été reprise ou adaptée par plusieurs artistes. Il n'existe pas moins de deux adaptations françaises, l'une de Hubert Ithier interprétée par Patricia (Paulin) sous le titre "Mes rêves de satin" et une autre plus tardive de Marie Laforêt sous le titre "Blanche nuit de satin", interprétée également par Sylvie Vartan. Dalida a quant à elle interprété une adaptation italienne, "Un po d'amore".

Nights in white satin,
Never reaching the end,
Letters I've written,
Never meaning to send.

Beauty Id always missed
With these eyes before,
Just what the truth is
I cant say anymore.

'cause I love you,
Yes, I love you,
Oh, how, I love you.

Gazing at people,
Some hand in hand,
Just what Im going thru
They can understand.

Some try to tell me
Thoughts they cannot defend,
Just what you want to be
You will be in the end,

And I love you,
Yes, I love you,
Oh, how, I love you.
Oh, how, I love you.

Nights in white satin,
Never reaching the end,
Letters Ive written,
Never meaning to send.

Beauty Id always missed
With these eyes before,
Just what the truth is
I cant say anymore.

'cause I love you,
Yes, I love you,
Oh, how, I love you.
Oh, how, I love you.

'cause I love you,
Yes, I love you,
Oh, how, I love you.
Oh, how, I love you.

Traduction de la chanson originale :
Nuits de satin blanc,
N'arrivant jamais à leur terme,
Lettres que j'ai écrites,
Sans jamais avoir l'intention de les envoyer.

Beauté que je n'avais jamais su voir
Avec mes yeux d'avant,
Simplement quelle est la vérité
Je ne saurais plus le dire.

Car je t'aime,
Oui, je t'aime,
Oh, comme je t'aime.

Observant les gens
Certains marchant main dans la main,
Les épreuves que j'endure
Ils sont simplement incapables de les comprendre.

Certains essaient de me faire part
De leurs réflexions qu'ils ne peuvent argumenter
Exactement ce que tu veux être
Tu finiras par le devenir,

Et je t'aime
Oui, je t'aime,
Oh, comme, je t'aime.
Oh, comme, je t'aime.

Nuits de satin blanc,
N'arrivant jamais à leur terme,
Lettres que j'ai écrites,
Sans jamais avoir l'intention de les envoyer.

Beauté que je n'avais jamais su voir
Avec mes yeux d'avant,
Simplement quelle est la vérité
Je ne saurais plus le dire.

Car je t'aime
Oui, je t'aime,
Oh, comme, je t'aime.
Oh, comme, je t'aime

Mes rêves de satin :
J'aime le satin
De la chambre où un jour
Ce n'est pas si loin
Tu m'as parlé d'amour
Mes rêves de satin
Depuis ce jour-là
Au fond des nuits sans fin
Ne me quittent pas

Oh, mon amour
Si tu savais
Tu m'appellerais

J'aime le satin
De mes belles poupées
Leurs yeux au matin
Me regardent étonnés
Mes rêves de satin
Où tu m'as embrassée
Demandent le chemin
Pour te retrouver

Oh, mon amour
Si tu savais
Tu m'appellerais
Tu m'appellerais

Mes rêves de satin
Sont peuplés de toi
C'est peut-être enfantin !
Mais je n'aime que toi

Oh ! Mon amour
Si tu savais
Tu m'appellerais !
Tu m'appellerais !

Oh ! Mon amour
Si tu savais
Tu m'appellerais !
Tu m'appellerais !
Blanche nuit de satin :
Blanche nuit de satin
Dans une aube sans fin
Mots d'amour si fragiles
Livres d'amour pour rien

Tant de beauté prochaine
De moissons d'avenir
Et nos corps qui s'enchaînent
N'ont rien su faire jaillir

Pourtant je t'aime
Pourtant je t'aime
Ohohohohoh
Ohohohohoh

Blanche nuit de satin
Où neige mon chagrin
Mais il reste à apprendre
Qu'on ne sait jamais rien

Qu'il faut prendre la terre
À s'arracher les mains
Et construire ce rêve
De pierres et de satin

Pourtant je t’aime
Parce que je t’aime
Ohohohohoh
Ohohohohoh

Pourtant je t'aime
Pourtant je t'aime
Ohohohohoh
Ohohohohoh

Pourtant je t'aime
Pourtant je t'aime
Ohohohohoh
Ohohohohoh

Un po d'amore :
Una preghiera
Non va mai perduta
Vola leggera
Più in alto del cielo

Sopra una pietra
Nascosta del tempo
Ho ritrovato brevi parole

Io ti prego, io ti chiedo
Un po d'amore, un po d'amore

Sopra la pietra
Che il sole ha bruciato
Ora è nato
Un piccolo fiore

Questo vuol dire
Che ancora una volta
Il cielo ha sentito
Una voce che prega

E che chiede, e che chiede
Un po d'amore, un po d'amore per sè

Sopra la pietra
Ho serito il mio nome
Un'ombra è venuta
E mi ha preso per man

Sembra che ora
Una voce lontana
Ripeta ancora
Queste brevi parole

Io ti prego, io ti chiedo
Un po d'amore, un po d'amore per me
Io ti prego, io ti chiedo
Un po d'amore, un po d'amore per me.
Un peu d'amour :
Une prière
N'est jamais perdue
Elle s'envole légèrement
Au plus haut du ciel.

Sur un rocher
A l'abri du temps
J'ai trouvé quelques mots :

Je t'en prie, je te demande
Un peu d'amour, un peu d'amour

Sur le rocher
Brûlé par le soleil
Maintenant est née
Une petite fleur.

Cela signifie
Qu'une fois de plus
Le ciel a entendu
Une voix qui priait

Et qui demandait, et qui demandait
Un peu d'amour, un peu d'amour pour elle-même.

Sur le rocher
J'ai inscrit mon nom
Une ombre est venue
Et m'a pris par la main.

Il semble que maintenant
Une voix lointaine
Répète à nouveau
Ces quelques mots :

Je t'en prie, je te demande
Un peu d'amour, un peu d'amour pour moi
Je t'en prie, je te demande
Un peu d'amour, un peu d'amour pour moi. 

12 commentaires:

  1. un po' d'amore! Bravo che tu parli anche l'italiano!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ho messo la versione italiana specialmente per voi, amico Xersex !

      Supprimer
    2. grazie! ora aspetto la tua risposta qui
      http://menforxersex.blogspot.it/2016/04/waste-or-taste.html

      Supprimer
    3. Ho visto. Ho lasciato lo gusto e così prendo i rifiuti che si può leccare.

      Supprimer
    4. tu peux également écrire en français, parce que les traducteurs automatiques ne traduisent pas bien du tout ...

      Supprimer
  2. Bonjour Jean

    Comme toujours tu sais nous enrubanner avec des textes des vidéos et des photos bien bandantes

    Personnellement je préfère la version originale The Moody Blues et la version disco de 1976 de Giorgio Moroder ( mentor avec Pete Bellotte) de Donna Summer.

    Bonne semaine à Tous les Deux

    Amicales pensées

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La version originale des Mooody Blues est aussi et de loin ma préférée. La reprise de Giorgio Moroder n'est pas mal non plus dans son style. Je la reprendrai peut-être dans un prochain clip.
      Bonne semaine à toi.

      Supprimer
  3. oh merci mon ami, je l'avais oublié dans les méandres du temps... whaouuu ! celui-ci est également superbe en sourdine pour faire l'amour... Quelle sensualité musicale !!!
    J'aime beaucoup tes images et la vidéo, ils son adorables à regarder...
    Belle journée à vous deux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça ne date en effet pas d'hier. Une musique qui n'est pas loin d'avoir 50 ans, une époque où on pouvait encore draguer sur des slows langoureux dans les thés dansants. Note que, n'étant pas particulièrement attiré par les filles, je n'étais pas un chaud partisan des slows, préférant rester près du bar avec les garçons.

      Supprimer
    2. Les slows me manquent beaucoup aujourd'hui... Quand on sort en boite ou en bar, on entend que de la musique "boum! Boum!" À croire que les jeunes ne connaissent pas la sensualité... Comment peuvent-ils se priver de ces instants langoureux où l'on se trémousse doucement, où les corps se frottent pendant que les langues se mêlent et les mains se promènent à la découverte de l'autre et tout çà baigné d'obscurité complice... ? Le slow était une invitation à l'amour...

      Supprimer
    3. Je suis bien d'accord avec toi. On peut se demander "Et la tendresse ? Bordel !"

      Supprimer