lundi 28 décembre 2015

Twee vaders, twee echte vaders - Deux pères, deux vrais pères


Le dimanche qui suit Noël est traditionnellement celui de la Sainte Famille à travers lequel l'Eglise catholique invite ses fidèles à suivre l'exemple de la famille modèle formée par Jésus, Marie et Joseph. Une famille exemplaire contre laquelle les catholiques fanatiques à la mode Boutin manifestaient violemment il n'y a pas très longtemps.


Pour qui n'adhère pas à la doctrine catholique, la Sainte Famille n'est jamais qu'une famille comme une autre. Par contre, s'ils veulent rester cohérents avec leur religion, les fanatiques catholiques opposés au mariage pour tous doivent reconnaître que la Sainte Famille est en tout point hors norme. Songez plutôt : Jésus est le premier enfant né par insémination non naturelle et Marie est la première mère porteuse d'un enfant qui n'était pas le sien - puisqu'elle était et est restée vierge - mais celui de Dieu le Père lui-même. Cela étant, Jésus avait donc deux pères, Joseph et Dieu avec lequel il était - et est toujours - dans une communion telle que l'Eglise affirme qu'ils ne forment qu'un.

Peu importe que l'on soit croyant ou non, nous avons là matière à réflexion pour rabattre le caquet de Boutin et compagnie.

Après cette petite introduction théologique, j'en viens au clip du jour, une chanson en néerlandais qui m'émeut toujours quand je l'écoute.


Terence Uphoff avait 14 ans en 2007 quand il a interprété sa chanson "Twee vaders" dans l'émission hollandaise pour enfants "Kinderen voor Kinderen". Il parlait ouvertement de l’homoparentalité et du fait qu'il était élevé par deux papas.

Wij wonen in een rijtjeshuis
We hebben mooie spullen thuis
We leven heel normaal daar met z’n drietjes bij elkaar
Bas die werkt bij de krant
En Diederik is laborant
Ik ben door hen geadopteerd als baby van een jaar 
Nog altijd ben ik enig kind
Maar niet dat ik dat erg vind
Zo krijg ik alle aandacht, alle liefde van die twee
Bas brengt mij altijd naar school
Met Diederik speel ik viool
En met z’n drietjes kijken we de soaps op de TV 
Ik heb twee vaders
Twee echte vaders
Soms stoer en ook wel streng
Maar we hebben het heel fijn
Ik heb twee vaders
Twee echte vaders
Die als het moet ook allebei
Mijn moeder kunnen zijn 
Wanneer ik naar mijn bed toe ga
Kijkt Diederik mijn huiswerk na
En Bas doet de vaat of hij strijkt de schone was
En als ik ziek of koortsig ben
Dan is er niemand die ik ken
Die zo lief voor mij zal zijn als Diederik of Bas 
Hij heeft twee vaders
Twee echte vaders
Soms stoer en ook wel streng
Maar we hebben het heel fijn
Hij heeft twee vaders
Twee echte vaders
Die als het moet ook allebei
Mijn moeder kunnen zijn 
Soms wordt ik wel gepest op school
Natuurlijk is dat naar
Jouw ouders zijn homo!
Dat vinden ze maar raar
Dan haal ik maar mijn schouders op
Nou en! Ik ben hun zoon!
‘t Is niet zoals bij anderen
Maar voor mij is ‘t heel gewoon.
Twee echte vaders
Soms stoer en ook wel streng
Maar we hebben het heel fijn
Hij heeft twee vaders
Twee echte vaders
Die als het moet ook allebei
Mijn moeder kunnen zijn  
Nous vivons dans une belle maison,
Possédons tout ce qu’il nous faut,
Nous sommes bien tous les trois.
Bas travaille dans les médias
Et Diederick en laboratoire.
Ils m’ont tous deux adopté quand j’avais un an.

Je suis leur seul enfant,
Mais ça m’est bien égal,
De cette façon, je reçois tout leur amour.
Bas m’amène à l’école,
Avec Diederick je joue du violon,
Comme les autres, nous regardons les infos à la télé.

Je possède deux pères,
Deux pères très réels.
Parfois cool, parfois plutôt stricts
Mais c’est génial avec eux.
Je possède deux pères,
Deux pères très réels.
Et si nécessaire,
Ils peuvent tous deux être ma mère.

Quand je vais me coucher,
Diederick vérifie mes devoirs,
Et Bas, lui, fait la vaisselle.
Et si je suis malade,
Je sais qu’il n’y a personne qui peut s’inquiéter comme eux le font.

Il a deux pères,
Deux pères réels.
Parfois cool, parfois plutôt stricts
Mais c’est génial avec eux.
Il a deux pères,
Deux pères réels.
Si nécessaire, ils peuvent tous deux être ma mère.

À l’école, je suis parfois montré du doigt.
Évidemment c’est pas sympa
« Tes parents, ils sont homo ! »
Pour eux c’est anormal.
Alors je hausse mes épaules,
Je suis fier d’être leur fils,
Ce n’est pas ordinaire
Mais pour moi c’est normal.

Deux pères réels.
Parfois cool, parfois plutôt stricts
Mais c’est génial avec eux.
Il a deux pères,
Deux pères réels.
Si nécessaire, ils peuvent tous deux être,
Ils peuvent tous deux être ma mère.
Si vous vous demandez ce qu'est devenu le jeune et mignon Terence Uphoff, le voici à Noël 2014 jouant le rôle de Mowgli dans une version néerlandaise de la comédie musicale "Le livre de la jungle".


8 commentaires:

  1. Je ne connaissais pas du tout et j'avoue que c'est une très...très belle chanson que celle-ci!!
    Merci cher ami de l'avoir ainsi partagé!

    RépondreSupprimer
  2. Cette chanson en néerlandais n'est pas du tout connue en France. Il faudrait pour cela qu'un ado vienne en proposer une version française à "The Voice Kids" et la défende aussi bien que l'a fait Terence Uphoff.
    C'est un plaisir pour moi de partager cette chanson dont j'aime autant la mélodie que les paroles.
    Bonne soirée, Sweet Boy !

    RépondreSupprimer
  3. "Cela étant, Jésus avait donc deux pères, Joseph et Dieu avec lequel il était - et est toujours - dans une communion telle que l'Eglise affirme qu'ils ne forment qu'un"

    si vrai!!! un de mes collègues, après avoir baptisé son fils, m'avait dit: Maintenant, mon fils a deux pères !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'en suis pas étonné. Je les connais les cathos, je suis tombé dedans quand j'étais petit comme Obélix dans la potion magique.

      Supprimer
  4. Très émouvant !
    De très jolies paroles !
    Comme j'aurais bien aimé avoir deux papas, moi qui en ai pas eu du tout !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a de fortes chances que ta vie aurait été toute différente si tu avais eu deux papas. Malheureusement, on ne peut pas refaire l'histoire, ou heureusement car personne ne pourra jamais dire ce qu'elle aurait été.

      Supprimer